ill_sage_femme.03Le 16 octobre dernier a débuté un mouvement de grève des sages-femmes qui dénoncent leur invisibilité dans le système de soins actuel. En dépit de l’augmentation de leurs champs de compétences (étendu au suivi gynécologique de prévention et à la contraception), leur profession médicale reste méconnue. Elles revendiquent après 5 années d’études dont une première année de médecine, une juste reconnaissance professionnelle et de pouvoir exercer leurs compétences en pleine autonomie quel que soit leur mode d’exercice (hospitalier, libéral et territorial). Au cœur de leurs revendications, être reconnues praticien de premier recours pour le suivi des grossesses physiologiques, le suivi gynécologique de prévention et la contraception. Enfin être reconnue profession médicale au niveau statutaire dans les hôpitaux.

La maternité de l’hôpital Foch est l’une des plus grandes de l’ouest parisien. Depuis sa création en 1949, elle a accueilli plus de 125 000 bébés dont 3 140 pour l’année 2012. La maternité est le service le plus dynamique de l’hôpital et le travail des nombreuses sages-femmes y est essentiel. Une maternité sans sages-femmes ne peut simplement pas fonctionner !

Nous souhaitons à notre tour, apporter tout notre soutien à toutes ces sages-femmes (2% d’hommes) qui accompagnent les parents lors de la grossesse, de la naissance, du retour à la maison et les femmes tout au long de leur vie! Il est maintenant urgent que ces praticiens obtiennent la reconnaissance officielle de leur statut médical et autonome, conformément à la définition de leurs compétences.

La Ministre de la santé, Marisol Tourraine, a reçu les sages-femmes les 7 et 19 novembre. Des groupes de travail ont été mis en place pour mener cette réflexion sur le rôle et la place des sages-femmes dans notre système de santé. Des réunions sont en cours pour avancer dans la reconnaissance de cette profession indispensable à notre système de soins. Nous souhaitons que ces groupes de travail aboutissent à des décisions concrètes et que le plus « beau métier du monde » soit enfin reconnu à sa juste place.

Depuis 2008 nous soutenons l’ensemble de la communauté médicale de l’hôpital Foch, véritable atout pour notre territoire et pour les communes environnantes. Les mobilisations ont été nombreuses en 5 ans, mêmes si de par leurs responsabilités, leurs mouvements de grève se font dans le silence et dans le travail. Le pôle hospitalier que constitue l’hôpital Foch est largement reconnu au delà de Suresnes. Nous nous sommes exprimés régulièrement contre la disparition de certaines spécialités, contre les diminutions des financements, contre le manque de soutien de la municipalité actuelle pour son hôpital, pourtant membre de son conseil d’administration.

Notre action pour préserver un service public de santé à Suresnes a également consisté à se mobiliser contre la fermeture de l’antenne de la CPAM de Suresnes, intervenue en décembre 2012. Cette mobilisation, des seuls élus de gauche, n’a pas permis le maintien de cette antenne. Nous souhaitons entamer de nouvelles discussions avec la CPAM pour que l’accueil des assurés, par un délégué social, ne se fasse pas uniquement sur rendez-vous, sur deux matinées par semaine.

Notre système de santé est précieux, nous devons le préserver car il constitue une des avancées sociales les plus importantes de notre pays. L’accès aux soins que ce soit à l’hôpital ou en ville doit rester une priorité. Le système médical d’un pays reflète aussi son état de développement, ce sont des chiffres qui parlent moins que les chiffres de la bourse, cependant la question de la bonne santé d’un pays passe aussi par la capacité qu’a sa population à bien grandir et bien vieillir.

(Visited 2 times, 1 visits today)