C’est une avancée historique pour l’égalité ! La France, en 2021 devient le 11e pays de l’Union Européenne à autoriser la Procréation médicalement assistée pour toutes. Désormais les couples de femmes ainsi que les femmes seules pourront accéder à ce droit, déjà ouvert depuis près de 35 ans aux couples de sexe différent, permettant l’accès à la parentalité.
L’ouverture de la PMA, c’est l’article 1 du Projet de loi Bioéthique, déposé le 24 juillet 2019 par l’ancienne ministre de la Santé et des solidarités, Agnès Buzyn.
Après 2 ans de débats au parlement, une large majorité de députés de l’Assemblée nationale l’ont adopté en dernière lecture. Et je me réjouis de l’issue du vote final, prouvant l’ouverture d’esprit de notre milieu politique.
Cette avancée sociale est le fruit du travail effectué par la majorité présidentielle depuis 2017 pour l’égalité. C’était une promesse de campagne en 2017 d’Emmanuel Macron.
Il l’a dit, il l’a fait. La PMA pour toutes, c’est la reconnaissance de droits à des personnes homosexuelles, mais c’est aussi un marqueur d’émancipation des femmes, qui même seules, peuvent assumer une vie familiale.
La PMA pour toutes, c’est un pas vers une société plus inclusive, plus tolérante, plus ouverte que jamais. La PMA, c’est rendre la fraternité concrète pour toutes les femmes, qui peuvent recourir au don de sperme. Enfin, le combat pour la PMA pour toutes fut un combat républicain, pour la liberté, la liberté pour les femmes d’accéder ou non à la maternité.
Je regrette néanmoins que le débat en troisième lecture autour de la loi Bioéthique, ait eu lieu à l’Assemblée nationale mais pas au Sénat, dont la majorité sénatoriale (Les Républicains) rejeta le texte de loi. La décision de ne pas débattre sur ce sujet de société, cher aux Français, est un mauvais marqueur pour la démocratie. La Haute Assemblée aurait dû être à la hauteur de l’évènement, elle ne le fut pas. Les prochaines avancées sociales, seront, je l’espère, l’occasion de voir l’importance du bicamérisme et de l’importance du débat.
La PMA n’est pas une procédure rare et permet chaque année à plus de 24 000 enfants de naître. Cela représente 3,1% des naissances en 2015 selon l’Agence de biomédecine. Mes enfants sont nés d’une PMA, comme 1 enfant sur 30. Ces démarches, sont de l’ordre de l’intime, se rapportant à des histoires personnelles, chacune singulières.
L’étendre aux femmes de même sexe et seules, c’est mettre à disposition des technologies d’aide à la maternité à une part plus grande de la population. Je suis fier d’avoir soutenu ce projet et cette avancée, et espère profondément que cela permettra de créer de nombreuses familles, jusqu’à lors exclues de ce droit.
La Procréation Médicalement Assistée est désormais un droit qui nous concerne tous et toutes, une avancée sociale profonde.
Elle prouve que la France s’adapte aux changements du XXIe siècle, mais également l’ouverture de la majorité au pouvoir sur les sujets sociétaux. Je suis heureux et enthousiaste à poursuivre le combat vers plus d’égalité et d’inclusion dans notre pays.
(Visited 1 times, 1 visits today)